Accueil / Islande / Vivre en Islande : j’aime/j’aime pas
expat islande

Vivre en Islande : j’aime/j’aime pas

Voilà un peu plus de trois mois que je vis à Reykjavik. Je suis à la moitié, car je rentrerai en France fin septembre. Une fois n’est pas coutume, voilà le bilan à mi parcours.

ce que j'aime islande

Les paysages de folie :

islande Pas tellement une surprise, je m’émerveille dans tous mes articles. Mais j’insiste, l’Islande, c’est magnifique. Se retrouver devant un paysage qu’on ne pensait possible que dans un calendrier, eh bien ça fait vraiment un drôle d’effet. Même pas besoin de traverser le pays pour voir de belles choses. Autour de Reykjavík, c’est déjà incroyable.

La fête à Reykjavik :

Je vous en ai déjà parlé. Mais vraiment, c’est sympa. La ville se transforme, et ça fait plaisir. Les islandais sont très fêtards et cela donne une tout autre dimension à ce pays connu pour sa nature.

 

ce que je n'aime pas islande

Le soleil de minuit :

soleil de minuit reykjavik

Sur cette photo, il est minuit.

Sans hésitation ! J’en ai TROP MARRE de cette luminosité. Franchement, au début, c’est marrant, il fait jour tout le temps, ça donne aussi une impression de sécurité (par exemple, rentrer chez soi la nuit quand on est une fille), mais bon, ça va 5 minutes. C’est super perturbant. Je ne dors pas convenablement ici. Je me réveille plusieurs fois par nuit en panique genre « MEEERDE, j’ai pas entendu mon réveil », et en fait nan, il est 2 heures du matin. C’est vraiment lourd. Alors ça ravit peut être les touristes qui font de belles photos, mais sur le long terme, moi ça m’énerve énormément.

La petite population :

rue reykjavik

Même si, je l’ai dit, les soirées islandaises donnent l’impression de rencontrer tous le pays car les rues sont bien plus remplies, il n’empêche qu’en journée, on a parfois l’impression d’être tout seul. Ca fait un peu bizarre par moment. Je trouve que ça manque un peu de « bordel ». Je dis peut être ça car à Singapour, autant dire qu’on était un poil plus nombreux !

Le coût de la vie :

Ici, tout coute une blinde. C’est vraiment affolant. Alors ok, je veux bien croire que cela est dû au fait que l’Islande est une île un peu isolée etc etc, mais quand même ! Vingt euros le pack de bière de 6, autant vous dire que ici, c’est forcément avec modération ! Pareil pour la nourriture, et pourtant je n’achète rien de très cher, je fais attention, et pourtant, on s’en sort toujours avec un gros ticket de caisse.

L’élégance islandaise :astérix et les normands

Les islandais ont la facheuses tendance à se racler largement la gorge en public, puis à lâcher un gros glaire par terre. Ca ne choque personne, ils font parfois ça en pleine conversation. Les femmes un peu moins, mais ça arrive. J’ai également vu un islandais, tenant sa petite amie par la main, se vider le nez par la seule force de ses poumons et lâcher le tout par terre. Classe.

ce qui me manque islande

La bouffe (soupir) :

bouffe

C’est un fait. C’est quand on n’a plus les choses à portée de main qu’on en a envie.

  • Il n’y a PAS de lardons ici ! Rendez-vous compte de la détresse dans laquelle je suis, je ne peux plus faire de carbos, c’est une catastrophe.
  • Le fromaaaaaaaage snif snif snif… Ici, c’est pas leur fort.
  • Le steak c’est pour la viande en général. Ici, ça coute beaaaaaucoup trop cher, car c’est généralement importé.
  • Un Big Mac. Depuis que j’ai travaillé au McDo en France, je vais beaucoup moins y manger (overdose de ketchup sans doute). Mais ici, il n’y a PAS de McDo, résultat, ça me manque. Allez savoir pourquoi.
  • Une baguette ! Ça semble tellement naturel en France, ici ça ne l’est pas. Il y a des boulangeries, mais soit le pain n’est pas bon (pas de gout), soit il est terriblement cher.
  • Et puis sinon, le saucisson (qui va avec la baguette donc), les Cracottes (En  France, je mange les paquets « Version familiale » en quelques jours), la boite Cassegrain aux courgettes (une merveille de la gastronomie, essayer c’est l’adopter)

Le shopping :

shopping kringlan

Oui, il y a des centres commerciaux (vive Kringlan!!!) . Mais plutôt loin. Le centre ville comprend pas mal de magasins, mais ce sont des boutiques de créateurs (= hors de prix) ou des magasins de souvenirs (= attrapes co**llons). Donc si vous visez TopShop, Zara, The Body Shop et autres joyeusetés, il faut prendre un bus etc. Un bon centre ville me manque. Et puis les soldes ici, c’est pas folichon (je passe pour une superficielle là?), et j’ai terriblement envie de faire les soldes à Angers ! (Je ferme la parenthèse fémino-futile, mais c’est un fait, je manque de shopping, voilà.)

bizarreries islande

L’eau :

Ça pue. Surtout l’eau chaude. Les premières douches en arrivant, ça fait un peu bizarre. L’impression étrange de se laver à l’eau sale. Et pourtant, non, l’eau d’Islande est réputée dans le monde entier pour sa pureté, mais ça sent le souffre à fond. Maintenant, je m’y suis habituée et je ne la sens plus dans la douche, mais quand même. Pareil lorsque vous faite chauffer de l’eau, pour un thé par exemple. Vraiment perturbant de se dire que vous allez boire cette eau. Mais aucun risque pourtant.

Au robinet, l’eau n’est jamais directement froide comme en France. Elle est tiède et on doit attendre avant qu’elle soit froide, contrairement à la France. Merci les volcans qui chauffent tout ça !

Les poussettes dans la rue :

pousettes islande

Ici, on ne rentre pas dans les magasins avec sa poussette. On la laisse dehors, avec le bébé dedans. C’est vraiment bizarre, par moment, vous avez 4 poussettes et les gosses sont dedans. Il fait froid quoi ! Et puis en France, c’est plutôt les chiens qu’on laisse dehors, donc ça fait un drôle d’effet de voir les poussettes dans le froid pendant que Maman fait les magasins…

Les noms de famille :

L’Islande a une petite population, c’est pas nouveau. Donc déjà, le problème de la consanguinité se pose. Et en plus, ils n’ont pas de noms de famille ! Ils ajoutent fils de/fille de. Genre moi je m’appelle Cécile FilledeBenoît.  En islandais, ça donne :-sdóttir pour les filles et –sson pour les hommes. Si votre père s’appelle Garðar, votre nom de famille sera Garðarsson ou Garðarsdottir.

Résultat, ils sont énormément à avoir le même nom de famille, ça pose de gros problème. Dans l’annuaire, ils sont rangés par prénoms. V’la le bordel quand vous cherchez quelqu’un..

Voilà pour les impression à mi parcours, je verrai si j’ai changé d’avis sur certains points dans 3 mois. Mais j’ai déjà hâte de flâner dans le rayon fromage du supermarché quand je serai rentrée 😉

99 plusieurs commentaires

  1. C’est une coutume scandinave, ça aide les enfants à élaborer un système immunitaire plus adéquat au météo du Grand Nord… J’ai vécut en Russie j’ai vu bien pire que des poussettes à l’extérieur, des enfants en sous vêtements dehors à -25 C pour faire leur exercice de gymnastique avec 40 cm de neige )) Sinon tu n’as pas trop de difficulté avec la langue nationale ?))

  2. Ils laissent les poussettes dehors parce que les enfants sont bien trop emmitouflés. Vous imaginez-vous en combinaison de ski dans un magasin chauffé ?

Laisser un commentaire