Accueil / Blabla / Trouver un stage à l’étranger : le guide complet
trouver un stage à l'étranger

Trouver un stage à l’étranger : le guide complet

J’ai eu la chance d’effectuer deux stages à l’étranger dans ma vie. Le premier en 2012 à Singapour dans une chocolaterie, et le second en 2013 en Islande dans un tour opérator. Dans les deux cas, j’ai trouvé ces stages par moi-même. Il se trouve que vous êtes beaaaaaucoup à me demander comment j’ai fait pour trouver ces stages. Voire même à me demander les coordonnées des entreprises dans lesquelles j’étais ; bien que vous comprendrez j’espère que je ne peux vous les communiquer de la sorte…

Dans cet article, je vais donc vous expliquer comment j’ai procédé dans les deux cas pour trouver ces stages et vivre des expériences inoubliables à l’étranger.

 

1. Quelle destination ?

Deux possibilités : soit vous visez un pays particulier, soit (comme moi), vous n’avez pas de préférence, et vous visez large = le monde entier. Si vous êtes dans le premier cas, je vous invite déjà à vous renseigner sur les différentes possibilités de stage dans le pays en question. Une recherche au sens large qui vous donnera un bref aperçu de la difficulté à laquelle vous devrez faire face. Concrètement, on ne trouve sans doute pas autant de stage en Espagne qu’au Bouthan. Des blogueurs expatriés pourront également vous apporter des éléments de réponse à ce sujet.

2. Préparez CV et lettres de motivation en masse

Cette étape ne sera sans doute ni appréciée ni conseillée par les professionnels du recrutement, mais l’envoi de candidature en masse a toujours été ma stratégie et je suis aujourd’hui bien placée pour dire que cela a payé.

Tout d’abord, adaptez votre CV. Eh oui, selon les pays, les CV n’ont pas les mêmes contraintes. Par exemple, pour le CV anglophone :

  • Il peut être sur deux pages (c’est même très courant)
  • Ne mettez pas de photo
  • Evitez au maximum les traductions mot à mot
  • N’oubliez pas de trouver des équivalences pour vos diplômes afin que votre CV soit compréhensible par les non francophones

Pour la lettre de motivation, commencez par déterminer les secteurs d’activités qui vous intéressent, et rédigez une lettre par secteur, que vous adapterez brièvement par la suite au cas par cas. Par exemple : une lettre pour le secteur du tourisme, une seconde pour l’agroalimentaire, une autre pour l’automobile, une dernière pour les cosmétiques, ou que sais-je encore.

3. Cherchez les chambres de commerce françaises à l’étranger

C’est mon petit secret 😉 C’est ainsi que j’ai procédé pour mon stage à Singapour. C’est très simple : rendez-vous sur Google, et tapez « french chamber of commerce XXX », et bien sûr remplacez XXX par le nom du pays. Sur ces sites, vous avez souvent une montagne d’informations, et bien organisées qui plus est. Catégories, secteurs, noms de contacts, coordonnées… Pour les États-Unis, il existe même une chambre par état je crois, alors autant vous dire qu’il y a de l’info ! Dès que vous avez trouvé des coordonnées intéressantes, vous sortez la lettre de motivation du secteur correspondant, vous adaptez rapidement, vous joignez votre CV, et vous envoyez.

giphy-harry-potter

4. Utilisez Google à fond

C’est tout simple, mais si vous avez déjà une idée du secteur, eh bien cherchez-le ! Pour mon stage en Islande, je savais juste que je souhaitais m’orienter vers le tourisme. Eh bien j’ai tapé « tourism canada », « turismo espana », « tourism china », « tourism iceland », et encore beaucoup d’autres. Et j’ai envoyé, envoyé, envoyé. Tout simplement.

5. Visitez les sites qui proposent des offres de stage

J’ai peu d’infos sur cette étape, car j’ai toujours procédé avec des candidatures spontanées. Mais vous pouvez tout à fait utiliser ces sites. Attention, certains sont payants. Soyez donc sûrs de votre envie et de votre démarche !

6. Soyez OR-GA-NI-SÉS

Ça semble évident, mais tenez un tableau Excel de toutes vos candidatures et soyez rigoureux ! Une colonne date d’envoi, coordonnées et réponse. Vous saurez ainsi à quel moment relancer votre interlocuteur si vous n’avez pas eu réponse. Car oui : relancez ! Pas de panique si vous n’avez pas tout de suite de réponse. Pour chacun de mes stages, j’avais envoyé chaque fois plus de 150 candidatures. Il faut être patient, mais surtout MOTIVÉ ! Consacrez chaque jour un peu de votre temps pour cette recherche, croyez-moi, le jeu en vaut la chandelle comme dirait OSS117.

7. Skype est votre meilleur ami

L’étape finale : l’entretien ! A moins que le dit stage se trouve en Europe et vous impose un entretien « en vrai », Skype est généralement privilégié. Attention à votre connexion Internet. Si vous n’avez pas de connexion fiable chez vous, faites-vous inviter chez un ami qui a un bon débit afin de ne pas compliquer davantage l’entretien.

Et voilà ! 😉 Oui je suis d’accord, ça a l’air très simple dit comme ça. En effet, cela prend du temps, et vous devez vous lancer à fond dans ce projet. Ceci dit, si vous n’avez pas la motivation de faire de telles démarches, vous n’avez sans doute pas de réelle envie de vous expatrier le temps d’un stage. Prenez donc le temps de la réflexion, mais gardez en tête que de telles expériences sont inoubliables et je ne peux que vous conseiller d’au moins tenter de les vivre.

Si vous avez d’autres tuyaux à partager pour trouver un stage à l’étranger, n’hésitez pas à les partager dans les commentaires !

2 plusieurs commentaires

  1. Merci beaucoup! Je fais partie de celles qui t’avaient justement demandé ces informations et je suis ravie que tu en aies fait un article car il me sera très utile pour la suite.

Laisser un commentaire