Accueil / Excursion / Le trek de Laugavegur
randonnee laugavegur

Le trek de Laugavegur

J’ai eu l’occasion la semaine dernière de prendre 5 jours pour faire la fameuse rando de Laugavegur (dans les hauts plateaux du sud), qui relie Landmannalaugar (que j’avais déjà visité en avril, sous la neige) à Thórsmörk (où je suis également allée récemment).

Au total : 55 km de randonnée sur 3 jours (5 jours avec le transport). Il s’agit de THE trek en Islande, le plus populaire car celui qui permet de voir les paysages les plus variés. Je vous cache pas que j’étais un peu flippée car je ne suis pas non plus une sportive de l’extrême (même si des fois je fais un peu comme si c’était le cas haha), mais bref, on ne vit qu’une fois.. GO !

Jour 1 / Reykjavik – Landmannalaugar

Rendez-vous vers 9h à Reykjavik où je rencontre les treize autres personnes qui feront partie de l’aventure avec moi (4 américains, 2 allemands, 2 canadiens, 2 belges, 1 franco-israelien, 1 suisesse, 1 australien) ainsi que Valdi, le guide Islandais, très sympa. Nous montons tous dans la superjeep en direction des hauts plateaux islandais : Landmannalaugar. Nous nous arrêtons plusieurs fois en chemin.

lac plateaux islande

L’arrivée à Landmannalaugar se fait sous le soleil, c’est hyper agréable. Beaucoup d’autres randonneurs ont déjà planté leurs tentes.

camping landmannalaugar

landmannalaugar été

On part se balader rapidement dans les environs, les couleurs sont superbes.

landmannalaugar

sources chaudes landmannalaugar été

Passage aux sources chaudes, pas si agréables que ça, car il y a des courants brulants et des courants (très) froids. Étrange ! On monte les tentes, on dîne puis on va dormir, la journée du lendemain s’annonce longue…

 

Jour 2 / Landmannalaugar – Álftavatn

9h de marche – 24km (900m de dénivelé)

Réveil vers 6h30. J’ai mal dormi : il faisait froid et j’avais une pierre dans mon dos. Le ciel bleu de la veille a laissé place à de gros nuages. Il ne pleut pas encore, mais ça ne devrait pas tarder. Petit dej conséquent pour prendre des forces. On laisse nos gros sacs à dos dans une jeep qui les transférera de camps en camps, et on ne transporte qu’un sac à dos pour la journée. Et le trek commence.

début trek laugavegur

laugavegur geysers

Effectivement, il commence un peu à pleuvoir mais rien ne nous arrête ! Le terrain est très rocailleux et devient vite difficile, ça monte pas mal.

montagne noire laugavegur

région landmannalaugar

Les montagnes environnantes sont magnifiques, comme zébrées par les neiges éternelles. On dirait une peinture, ça ne parait même pas réel.

montagne neige landmannalaugar

Au fur et à mesure que nous gravissons les montagnes, le vent se lève et devient vite LA difficulté principale. Très rapidement, on arrive dans des kilomètres et des kilomètres de neige.

neige laugavegur

C’est très difficile car il pleut, il vente, et un épais brouillard s’abat sur nous. Franchement, à ce moment là, je me demande un peu ce que je fais là. J’essaye simplement d’avancer, sans réfléchir. Là, je suis dans le mal !

neige laugavegur trek

Je fixe mes pieds pour m’éviter de voir tout ce qu’il me reste à marcher avant d’arriver en haut de chaque colline de neige, qui finit par en dévoiler de nombreuses autres derrière. C’est très difficile, chaque pas s’enfonce différemment dans la neige, parfois très peu, parfois plus profond, et on se fatigue vite.

trek laugavegur brouillard

J’ai des problèmes d’étanchéité de mes chaussures de marche, et j’entends, à chaque pas, mes chaussettes trempées faire ‘ploc ploc’, c’est formidable !

La journée se résume à ces étendues gigantesques de neige et de glace, on a l’impression que ça ne va jamais finir. Je commence à penser que je suis vraiment en train de faire un trek difficile, et je me dis que je vais être fière de moi à la fin.

neige laugavegur brouillard trek

En milieu d’après midi, on quitte ENFIN la neige. On doit passer la première rivière. Je redoute énormément les passages des rivières car on n’a pas d’autres choix que d’enlever ses chaussures et traverser et l’eau est terriblement froide. J’y reviendrai.

On découvre alors la région du lac de Álftavatn (ce qui signifie : le lac des cygnes), et là franchement, je m’émerveille devant le paysage et je me dis que ce que je contemple vaut bien tous les efforts et les râles intérieurs de la journée à évoluer dans la neige.

c Alftavatn islande

J’ai l’impression d’être dans un bouquin de Yann Arthus Bertrand, le genre de livre qu’on laisse traîner sur la table du salon et qu’on regarde en rêvant. Sauf que là, c’est devant moi. Après l’épuisement dans la neige, je suis euphorique devant un tel paysage. C’est incroyable.

rando laugavegur trek

 pause trek laugavegur

Petite pause (vous noterez l’état de mon surpantalon!) pour manger un peu. Le temps s’éclaire et il ne pleut plus pour notre arrivée au refuge.

lac Alftavatn

Apothéose, CERISE SUR LE GÂTEAU : on nous annonce que ce soir, exceptionnellement, on dormira au chaud, en refuge, et pas sous tente. Danse de la joie. La raison est moins réjouissante : la météo de la nuit et du lendemain s’annonce très difficile. Bref. On va tous dormir à 20h, épuisés.

Jour 3 / Álftavatn – Emstrur

8h de marche – 16km

Effectivement, c’est la merde, il pleut. Mais genre beaucoup. Après le petit dej, je remet mes chaussures de marche toujours mouillées de la veille, c’est très agréable. Après 5 minutes de marche, on doit déjà traverser une rivière. Elle est bien plus profonde que celle de la veille, et on se rend vite compte qu’on va devoir traverser en sous vêtement pour éviter de mouiller nos affaires. Le tout sous la pluie. Great.

rivieres trek laugavegur

Si vous saviez comme c’est froid. L’eau est à 2 ou 3 degrés. Traverser les jambes nues fait un mal de chien, comme des centaines de décharges électriques sur vos jambes. Il y a pas mal de courant donc nous passons par ligne en nous accrochant bien les uns aux autres. Il ne faut pas aller trop vite pour ne pas trébucher et entrainer les autres dans la chute, mais la sensation glacée et si douloureuse vous donne juste envie de fuir à toute jambe. Le seul avantage à cela c’est que lorsque vous remettez vos chaussettes et vos chaussures (bien que trempés), vous avez alors une sensation de chaleur incroyable (c’est vous dire que c’est froid).

riviere laugavegur

Rapidement, une autre rivière se présente. Je râle. J’aime vraiment pas ça. Cette fois ci, elle est vraiment plus difficile : bien plus de courant, et surtout beaaaaaucoup plus profonde : mi-cuisse. Ca m’effraie vraiment, car je connais la sensation de douleur et je marcherai des kilomètres en plus si je pouvais y échapper. Mais pas le choix…

traversée riviere trek laugavegur

Donc on se lance, toujours en ligne. C’est affreux. Le courant est dingue, on manque tous de tomber. Tout le monde jure de son côté, je suis vulgaire comme jamais, j’extériorise au maximum. Je déteste ça, ça fait tellement mal. Il pleut, il fait froid. La traversée ne dure que 30 secondes, mais ça parait tellement long. On se rhabille aussi vite que possible de l’autre côté et on continue. La pluie cesse. On arrive alors dans un désert de sable noir, à perte de vue.

desert islande

equipe trek laugavegur islande

montagne desert islande

desert islande trek laugavegur

Arrivée à Emstrur vers 18h, et je commence à sentir une gêne à ma cheville gauche, mais je n’y prête pas encore trop attention (erreur). On monte les tentes, on mange des pâtes bolo qu’on a attendu toute la journée. Ma cheville commence à être douloureuse et je ne parviens plus à marcher normalement, la chaussure me blesse au niveau du tendon. Je me tartine de gel sport en espérant que ça ira… Dodo.

ermstrur islande

 

Jour 4 / Emstrur – Thórsmörk

8h de marche – 15km

Au réveil, ma cheville ne va pas tellement mieux. La journée va être longue. Petit dej puis reprise de la rando. Je boite un peu, je ne suis vraiment pas à l’aise. Je suis agacée d’une telle difficulté supplémentaire, d’autant que je me suis étirée chaque soir et n’ai pas l’impression d’avoir fait de faux mouvements. De toute façon, il faut bien avancer, donc j’essaye de penser à autre chose.

randonnee laugavegur islande

La région d’Emstrur est magnifique : des canyons partout. Vraiment superbe.

canyon laugavegur islande

laugavegur islande

blog islande

mouton islande

Sur la photo ci dessus, si vous regardez bien, les petits points blancs en bas… ce sont des moutons ! Ils se sont coincés là les débiles ! Ils ne pourront jamais remonter ! J’ai regardé avec les jumelles et ils sont là, tranquilles, assis, à nous regarder l’air de dire « oui beeeen ouais c’est con, on sait ».

vallee trek laugavegur islande

Il ne pleut pas trop et le terrain est plutôt plat. Le chemin semble s’étendre à l’infini devant nous, on a l’impression d’avancer très doucement.

trek laugavegur rando

trek rando laugavegur

vallee laugavegur rando

Il est environ 15h lorsque je reconnais le paysage si particulier de Thórsmörk, l’arrivée ! Marcher avec ma cheville fragile devient de plus en plus inconfortable mais reconnaitre l’endroit me pousse encore à avancer.

trek laugavegur thorsmork

Encore une rivière à traverser…. Mais c’est la dernière donc c’est soulagés qu’on se rhabille de l’autre côté. Nous poursuivons notre trek qui nous fait passer à travers une forêt ! Incroyable ! Une forêt en Islande ! C’est vraiment appréciable.

foret thorsmork islande

islande vallee thorsmork

thorsmork vallee

Le chemin n’arrête pas de monter, et je peux vous dire qu’un chemin de cailloux qui ne cesse de monter avec plus de 50km dans les jambes et une cheville en vrac, c’est pas évident évident.

arrivee thorsmork trek laugavegur

THE panneau qui annonce officiellement que, OUI, nous sommes à Thórsmörk.

cecile-ailleurs islande

Je commence sérieusement à fatiguer et le dernier kilomètre du trek pour rejoindre le refuge final me semble interminable. On a l’impression que plus on avance, plus le refuge s’éloigne. Je suis vraiment fatiguée.

vallee thorsmork arrivee trek laugavegur

Arrivée au refuge. Je suis euphorique ! Je l’ai fait ! J’ai fait le trek de Laugavegur. Je suis tellement fière de moi, j’ai vu des paysages fabuleux, c’était une chance incroyable. Barbecue de mouton et partie de poker avec des noix de cajou. Tout va bien.

Jour 5 / Retour à Reykjavik

Quel bonheur. Aujourd’hui, je n’enfile plus ma tenue de ninja dégueulasse mais un jean et des converses, ce qui fait bien plaisir à ma cheville. On démonte les tentes pour un petit déjeuner de roi. Avoine, muesli, skyr…… et restes du barbecue !! Alors franchement, ça peut vous surprendre, mais manger ‘nouilles-crème-oignons-bacon-mouton’ après 55km de trek, c’était le meilleur petit dej de ma vie 🙂

pate carbo

Debriefing puis nous entrons dans la superjeep qui nous ramènera à la capitale. Rien que m’assoir dans ce véhicule si confortable et chaud, c’est un luxe incroyable. Je me cale et somnole le reste du trajet.

Bref, une semaine incroyable, unique, épuisante, formidable, froide, humide, extraordinaire. J’ai adoré. J’y allais stressée, j’en reviens conquise. La team était vraiment sympa, on s’est tous bien entendus. Bref, top. Je m’excuse pour cet article si long, mais écrire me permet non seulement de vous raconter, mais aussi de fixer tout ces souvenirs dans ma mémoire.

73 plusieurs commentaires

  1. Bonjour Cécile!

    Bravo pour ton blog très réussi et merci de nous faire voyager 🙂
    Je prévois d’aller en Islande du 13 au 17 Juillet et nous comptions rester, avec mon compagnon, 2 jrs à Reykjavik mais ensuite nous nous tâtons pour faire l’ouest ou sud. Est ce que tu aurais une recommandation?
    Merci!!!

    • Hello ! Le sud est top lorsque l’on n’a pas forcément beaucoup de temps ! Longez la route 1 et arrêtez vous aux différentes cascades, à Vik, et poussez jusqu’à Jokulsarlon, vous ne le regretterez pas 😉

  2. Bonjour Cécile,

    Merci pour ton compte rendu. Peux tu me donner le nom de l’agence avec qui tu es parti merci

    Patrick

    • Aventures en Islande ! http://www.aventuresenislande.fr, j’étais chez eux en stage lorsque je vivais à Reykjavik 🙂

      • Bonjour Cécile,
        Votre périple fait à la fois très envie mais reste effrayant pour la frileuse que je suis ! À quelle période êtes-vous partie ?
        J’aimerais tenter l’aventure, à mon arrivée en Islande aux alentours du 20 juillet prochain (quelques jours de vacances seulement !)
        Merci beaucoup !
        Laetitia

        • Bonjour Laetitia ! Je l’avais fait en plein été aussi, pas d’inquiétudes ! Il faut simplement être bien équipée mais l’organisme vous guide généralement pour tout ce qui traite de l’équipement, n’hésitez pas à leur poser des questions. Bon voyage 🙂

  3. Bonjour,

    Je souhaite offrir a mon conjoint pour ses 30ans un trek en islande pour aller voir les aurores boréales au mois d’octobre.(env 5jours) est il possible de me conseiller? Nous avons déjà fait le tour de l’islande en été .

  4. Bonjour Cécile,
    Tout d’abord très bon article ! J’en ai déjà lu plusieurs, ils m’aident bien à préparer mon voyage de cet été ! 🙂
    J’avais une question concernant ce trek. En effet, je pars avec mon fiancé, et je me demandais quel parcours nous conseillerais-tu sur une journée entière, en partant de Landmannalaugar ? Nous ne pourrons malheureusement pas faire le trek complet.
    Merci !

  5. Bonjour Cécile,

    Je souhaitais faire ce trek en hiver (janvier). Penses-tu que cela soit possible à pied et seul en autonomie ?

    Merci pour ce super article !

    Bien à toi

    • Ce treck est largement faisable seul et en autonomie. D ailleurs tous les trecks le sont pour quelquun d entrainer, d equipé, et avec de l experience. Mais par pitié pas en hiver, la c est de la pure folie. Faut faire ca de juin a Aout. A la rigueur Mai et Septembre si tu es un habitué des trecks polaires. Par exemple, aujourd’hui il fait -20c. Imagine quand tu dois passé les gué, et pire si le vent et la neige s en mele.
      Meme en ete : carte, gps, boussole, obligatoire, couverture survie, et balise deteesse (integre au gps)
      L autonomie en islande ca se fait, mais ca se prepare et s apprend.
      Le pire c est le poids de ce … De sac!
      Amuse toi bien pour ton treck, mais srtout pas en hiver ni au debut du printemps!

  6. J’avais lu ton article avant de partir faire le trek, j’avais adoré lire ton expérience. Je le relis là après l’avoir fait, et j’aurais pu écrire la même chose! ^^

    Comme toi, l’eau froide c’était un supplice, c’était horrible! J’avais pris des tongs pour éviter de marcher sur les cailloux, mais tu t’imagines bien qu’avec les cailloux, elles sont parties vite fait avec le courant! J’avais fait 4 jours aussi mais je m’étais arrêtée à mi-chemin à la première étape (dans un camping pas terrible d’ailleurs). La foret m’avait également étonnée, des arbres en Islande, improbable ^^

    J’aimerais le refaire, j’ai tellement adoré!

  7. Bonjour Cécile,
    Merci d’avoir partagé ton expérience avec nous, cela m’a bien aidé à me préparer.
    Je rentre d’Islande après avoir fait le trek Skógar-Landmannalaugar en autonomie puis la côte sud en voiture.
    Étant bien équipé et préparé mentalement, c’est effectivement difficile, la quantité de neige nous a surpris ! Mais c’est tellement beau…
    D’ailleurs, nous avons été gâtés par le temps avec seulement 2 heures de pluie sur 85km au total ! Les photos sont ici : https://flic.kr/s/aHskhh1zU3

    Merci pour ton récit.
    Raphaël

  8. Je ne lis l’article que maintenant, et franchement pour une fois ça m’a donné envie de retourner en Europe, vraiment magnifique et super récit !

  9. Moi qui cherchait justement des infos sur ce trek me voici comblé. Les paysages ont vraiment l’air irréels, tout droit sorti d’un film féérique.

  10. Bonsoir Cécile !
    Tout d’abord un grand bravo pour ton trek (tu aurais pu en effet te retrouver comme ces pauvres moutons) et pour tes très jolies photos !
    Cela m’a conforté dans l’idée de partir, j’ai donc regardé sur le site aventures en Islande.
    Il y a juste un petit détail que je ne comprend pas car ce n’est pas expliquer lorsque l’on réserve :
    Il nous demande à quel endroit venir nous chercher et nous déposer en début et fin de trek et ils nous propose différentes guesthouse ou auberge. Mais est-ce compris dans le tarif ou doit-on réserver ces deux nuits de notre côté ?

    Cordialement,
    Valentine

    • Salut Valentine ! Aucune idée pour cela car j’habitais à Reykjavik et je suis donc allée de moi même au point de rendez-vous. N’hésite pas à les contacter, ils sont très sympas. Tu peux contacter Laurent de ma part (laurent@adventures.is) il est français et saura t’aider au mieux.

  11. Salut Cecile,
    nous aimons beaucoup ton blog pour les infos que tu partages sur l’ISLANDE avec beaucoup d’humour.Nous partons mi juillet pour le trek Landmannalaugar Thorsmok Skogar et nous nous posons la question de l’approvisionnement de l’eau potable?
    Merci d’avance.
    Jo&Véro

  12. Bonjour Cécile,

    Je pars en Islande du 20 avril au 11 mai, en autonomie avec du matériel de trekking : tente, duvet, matelas, réchaud, etc.) et je compte me déplacer au maximum en stop ou en Carpooling, en bus pour les grandes distances. Je suis bien conscient des conditions météos à cette période (pluie, vent, temp négative la nuit) mais à la rigueur je pense pouvoir m’en accommoder. J’essaie depuis plusieurs jours de préparer un itinéraire réaliste en fonction des contraintes météo et de l’accessibilité des différents sites, voilà le résumé de mon parcours :

    1/ Snaesfellsnes Peninsula (3 jours) : de Arnarstapi à Ólafsvík en bivouac

    Transition : ferry Stykkisholmur / Breidafjordur (1 jour)

    2/ Westfjords – Látrabjarge (3 jours) :

    Transition : ferry Breidafjordur / Stykkisholmur (1 jour)

    3/ Golden Circle (4 jours) : Thingvellir – Geysir – Gulfoss

    Transition : Repos à Selfoss puis direction Landmannalaugar par la route 32 (2 jours)

    4/ Trek du Laugavegur (4 jours) : de Landmannalaugar à Skogafoss

    Transition : Repos à Skogar ou Vik

    5/ Sud : Jokulsarlon (2 jours) puis retour vers Reykjavik

    Malgré une préparation minutieuse (renseignements sur les forums et sur les site Islandais tel que vegagerdin et des échanges avec l’OT de Reykjavik) je doute quant à la réussite d’un tel itinéraire.

    Qu’en pensez-vous ? Avez-vous des conseils à propos de l’accessibilité de certains sites, l’état des routes ? Savez-vous si le Thingvellir est facilement accessible à cette période ? Le site de vegagerdin semble préciser que la route 32 est ouverte pour rejoindre le nord de la réserve de Fjalllabak mais il reste environ 50km sur la F26/F208 pour rejoindre le Landmannalaugar point de départ du Trek, savez-vous si cette route est praticable en Avril ? N’est-ce pas trop risqué de trekké à cette saison? Savez-vous si les bus fonctionnent entre Reykjavik et la péninsule de Snaesfellsnes et vers Jokulsarlon?

    Je suis ouvert à tous conseils, avis, critiques, propositions. Je remercie ceux qui aurons pris la peine de me lire. Et merci encore à ceux qui animent ce forum par leurs questions et leurs réponses !

    Amicalement

    François

    • Bonjour ! Merci de ton passage ici.
      Pas de remarque particulière sur ton itinéraire, si ce n’est que 4 jours au Golden Circle, c’est beaucoup trop ! La plupart des itinéraires prévoit moins d’une journée au Golden Circle donc quatre jours… tu vas tourner en rond.
      🙂

      • Bonjour,

        Merci pour ta réponse je prends en note tes conseils, je pense que je vais quand même prévoir au moins 2 jours pour faire le Golden Circle pcq je voyage en Stop et j’ai cru comprendre que y’avais pas grand monde à cette époque.

        Une dernière question, plusieurs personnes (OT de Reykjavik et différents forum) me déconseillent de faire le Trek du Laugavegur à cette époque ou me disent que c’est tout simplement pas possible car le Landmannalaugar n’est pas accessible…

        Aurais-tu plus d’infos sur les conditions d’accès à la région à cette période ? la route 32 est ouverte mais les pistes ensuite ne le sont pas a priori.

        Merci pas avance et bravo pour ton site, il est très beau !

        François

        • Ah oui, je n’avais pas fait gaffe à la période, mais le Laugavegur risque d’être compromis ! Le dégel n’a pas encore eu lieu à ce moment de l’année. Faire le trek du Laugavegur serait inconscient. En Islande, je bossais dans un tour opérator et le trek de Laugavegur n’était pas proposé avant juin…

          • Merci beaucoup pour tes réponses! Ca rejoint ce que j’ai entendu par ailleurs. Je crois que je vais renoncer au Laugavegur, ça fera une bonne occasion de revenir en Islande à la belle saison! Je vais rester sagement sur la côte et me concentrer sur la péninsule de Snaesfellsness et le Thingvellir.

            Si tu vois d’autres endroits sympa et accessible à cette saison je suis preneur! en fait sur internet on ne trouve quasi aucun témoignage sur des voyages en Islande en dehors de mi-juin / mi-septembre. En rentrant je pense que je ferai un petit article pour les différents forum que je fréquente!

            Merci encore

            François

  13. C’est beau le Landmannalaugar sous le soleil. Moi, quand j’y étais, il pleuvait tellement qu’on ne voyait même pas les maisons depuis la parking. Du coup, rando impossible :-((.
    Encore une excuse pour retourner en Islande 🙂

  14. Je rentre d’Islande et je viens de faire ce trek (80 km sans suivre vraiment les poteaux.. Merci au guide…).. Quel plaisir de lire ce post et de se rappeler ces paysages grandioses encore très frais dans ma tête.. Effectivement LE trek incontournable d’ISlande. La formule TREK 1ère semaine et Road trip la 2nd fut parfaite !! QUEL PAYS…merci de faire découvrir des coins que j’ai pas eu le temps de visiter..LA côte sud, est magnifique…j’y retournerai pour faire le Nord !

    • 80km ?!? Oulalala mais tu es passé par où ? Moi aussi j’aime beaucoup lire les récits de ce trek sur divers blogs, ça rappelle des souvenirs forts !! 🙂

    • Bonjour, je souhaite aller en couple en Islande cet été, et je suis très intéressée par ce parcours, et Pierre, par ta formule 1 semaine trek et une semaine road trip : pourrais tu en dire plus sur ton voyage, sur ton itinéraire, sur ta manière de procéder pour les réservations? par exemple pensez vous que le trek de laugavegur peut se faire sans guide? êtes vous passés par un organisme pour tout ? si oui lequel ?
      merci d’avance, je suis vraiment preneuse d’infos pratiques!

      • Bonjour Noé ! Moi j’ai fait le trek de Laugavegur avec http://www.aventuresenislande.fr
        Je ne suis pas une experte en trek, et je vois difficilement comment le faire sans guide (nous n’avons d’ailleurs pas croisé de randonneurs seuls pendant ces quelques jours de marche) Il y a des refuges chaque soir, mais je dormais sous tente.
        Je prévois bientôt de faire un article sur une semaine en Islande, avec une idée d’itinéraire, ça devrait bientôt arriver sur le blog !

      • Noé,
        Nous sommes passes par l’agence TERRES D’AVENTURES, spécialisée dans le voyage à pied. Nous avons fait 80 km car nous n’avons pas suivi les poteaux de balisage grâce au guide qui nous a fait passé par des coins moins fréquentés. Cependant, le balisage est très bien fait et facile à trouver. Je pense qu’il est donc possible de le faire seul. Des refuges sont présents sur le trek tous les soirs (Entre 6 à 8h de rando par jour selon le rythme). Réservation obligatoire avant (l’avantage de partir en groupe organise, c’est toute cette partie logistique : nuitée, bouffe…) qui est très bien gérée par TERDAV (nous avons fait un trek au maroc avec eux, très bien également). La formule avec guide est bien évidemment plus chère mais le guide donne des infos et connaît des recoins, des chemins que tout seuls, nous n’aurions pas trouvé. les explications sur la géologie, le volcanisme, la langue sont également importantes en trek et le guide permet cela…
        La seconde semaine, on l’a organisé nous même avec le routard et différents sites internet de personnes partis seules en road trip en Islande. Nous avons fait la côte SUd sur 5 jours avec nuits en guesthouse réservées à l’avance et quelques nuits dans la voiture.
        Sites du Sud à ne pas manquer : Le cercle d’or (gulfoss, Geysir, Pingvellir), icebergs de JokulSarlon, Stokkness (l’étretat d’Islande), …échangons par mail si tu veux…bananou85@hotmail.fr
        a+

        • Salut Pierre,
          ton post remonte à quelques temps mais je tente quand même le coup. Nous partons 1 semaine du 10 au 17 octobre et sommes intéressés par ton expérience du sud…pourrais-tu m’en dire un peu plus ?
          Par avance merci
          Erick

  15. Ah…envie de retourner là-bas pour faire ce trek seul…

  16. Coucou! J’aime beaucoup ton blog, alors je t’ai décerné The Versatile Blogger Award! Tu peux venir voir mon blog où tout est expliqué!
    Bises, continues comme ça, ça me fait toujours plaisir de te lire!

    Margaux

  17. C’est bien de l’avoir fait en 3 jours, ça à ajouté un peu de difficulté au coté trek pour touristes qui ne portent pas leur sac 🙂
    Dommage pour le temps par contre.
    La vue sur Alftavatn en venant de Hrafntinnusker est encore plus belle quand le regard porte jusqu’à l’Eyjafjallajökull (il faudra que je te montre le panoramique que j’ai fais après avoir monté cette cote).

    Mais félicitation quand même 🙂

  18. Comme dit Sophie cela doit être difficile à gérer le climat, je comprend que tu ai pu avoir bien froid. Mais tu dois avoir des cuisses en bêton après ça ! Bravo ! et comme disent bueacoup, ces images sont vraiment incroyables, dommage que tu n’ai pas mis les photos en un peu plus grand.

    • Me de ton passage Haydée ! Haha oui des cuisses en béton 🙂 Je prends note pour la taille des photos, je veillerai à mettre en un peu plus grand (j’ai toujours peur que ça ralentisse trop le chargement des pages!) Bon après-midi à toi !

  19. Super courageuse ! Super photos et surtout super texte. Beaucoup d’humour et de finesse. J’ai adoré.
    Mon trek en Islande était moins violent. Mais tu en garderas certainement un super souvenir.
    Sylvie

  20. La partie Thorsmok-Skogar vaut également vraiment le coup 🙂

  21. Je suis toujours fascinée par ces paysages…

  22. Ca c’est un super trek ! Et les paysages wahou. T’as dû en prendre plein les mirettes, c’est vraiment fabuleux !

  23. Félicitation à toi Cécile !!!! ce n’était pas une rando facile, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ton résumé ^^
    bonne continuation pour la suite 🙂

  24. Ouais bon, à te lire, effectivement quand on est pas habitués, t’en a bien chié ^^
    mais en 3 jours, compte tenu du terrain et des conditions, vous avez bien speedé.. attaquer direct par 24K D+900 en 9 heures de marche, tu m’étonnes que tu cogites le soir ^^ bon même si sans tout le gros portage mais quand même…
    Pour les gués, CQFD, quand il faut, il faut ^^
    Certaines photos sont vraiment scotchantes (celles avec les nevés), et même si j’aime pas trop les sites fréquentés (y avait du monde quand même non, enfin tout est relatif), ça vaut carrément le pesant de cahouètes !!

    Alors avec un peu plus d’expérience, tu remets ça hein ^^

    • Hahaha mais ouais j’ai pris bien cher ! Effectivement la première journée est vraiment difficile, mais c’est surtout la météo qui a joué en notre défaveur, donc j’imagine que ça dépend. Vraiment pas grand monde sur le chemin donc vraiment appréciable. Simplement aux rivières, et tant mieux, car on s’aide pour les traversées donc tant mieux.. ! Mais ouais, je suis conquise, je referai bien une rando de ce genre ! 🙂

  25. C’est bien des articles longs quand il y a du contenu et tout, t’inquiète ! Par contre vous avez fait des « étapes doubles », non ? J’avais entendu dire que ça se faisait en 5 jours (de rando, sans le trajet de Reykjavik), et qu’on ne marchait « pas trop » entre chaque (genre pas 8h à chaque fois quoi…). Il paraît qu’effectivement ce sont les conditions climatiques (vent et brouillard) le plus compliqué à gérer. Et les rivières, pas le choix !
    Bravo en tout cas. De mon côté c’est prévu pour septembre 🙂
    Question con : qu’est ce qu’il y a dans ton gros sac entre chaque étape si l’équipement du bivouac va dans la jeep? Il a l’air énorme, non ? Ta cheville s’est complètement remise j’espère !

    • J’imagine que tous les trajets sont possibles, certains le font aussi en partant de Thorsmork… Nous on a mis 3 jours en allant assez vite (pas trop de pauses).
      Dans mon sac à dos de journée il y a le minimum… chaussures en plastique pour traverser les rivières, pull supplémentaire, eau, snacks, chaussettes sèches, appareil photo, lunettes de soleil. Il a l’air gros comme ça, mais il n’était pas trop trop lourd 🙂
      En tout cas, c’est vraiment un trek super, un de mes meilleurs souvenirs d’Islande jusqu’à présent !

  26. Coucou!
    Au risque de me répéter, tes photos sont absolument SUPERBES !!! Quelle belle aventure! Je suis fière de toi: tu as su tenir dans ces conditions extrêmes ;-))
    Vivement le mois d’aout pour des aventures un peu moins physiques avec toi !!
    Bises,
    Maman

  27. sympa le compte rendu malgré tout ca donne envie 😉

  28. wahoouu!
    J’ai prévu de retourner en Islande pour ce trek (entre autres, parce qu’il y a pas mal d’autres trucs que j’ai pas faits), et ton billet et tes photos lui rendent bien honneur 🙂

  29. J’adore ce passage :
    « ce sont des moutons ! Ils se sont coincés là les débiles ! Ils ne pourront jamais remonter ! J’ai regardé avec les jumelles et ils sont là, tranquilles, assis, à nous regarder l’air de dire « oui beeeen ouais c’est con, on sait ». »

    Très bon article en tout cas ! Bizzzz

  30. Absolument superbe ! Bravo Cécile d’avoir tenu le coup, ça valait la peine pour nous rapporter ces souvenirs.

Laisser un commentaire