Accueil / Préparer votre expatriation

Préparer votre expatriation

Vivre à l’étranger, il n’y a que ça de vrai ! J’ai maintenant 3 expatriations à mon actif (Espagne, Singapour et Islande) et autant dire que je suis de ceux qui sont persuadés que c’est une expérience incroyable. Au delà d’un simple voyage, vivre à l’étranger vous permet d’apprendre beaucoup et de vous enrichir chaque jour. Ceux qui ont déjà vécu cela me comprendront !

cécile singapour

En revanche, s’expatrier ne se fait pas en claquant des doigts. Je vous avoue que la préparation est parfois longue. Tout dépend de votre destination, mais plusieurs mois avant votre départ sont indispensables. Les points suivants vous aideront à y voir plus clairs (pas d’ordre chronologique dans la mesure où l’ordre des évènements dépendra de votre destination, notamment pour l’achat du billet d’avion qui peut se faire plus tard lorsque la destination est moins éloignée, par exemple)

1. Se procurer les papiers réglementaires nécessaires :

Je ne vais pas m’étendre sur ce sujet dans la mesure où tout dépend de la destination choisie. Les démarches d’obtention de visas pour certains pays peuvent être longues (Etats-Unis, Russie, et d’autres), donc prenez vous-y à l’avance ! Je vous conseille le site de la Maison des Français à l’Etranger pour plus d’infos.

2. Acheter votre billet d’avion/train/fusée/que-sais-je-encore :Avion

L’étape la plus excitante ! Tenir le billet dans ses mains, c’est concrétiser son projet, ça fait plaisir ! Comme je l’ai dis plus haut, cette étape n’est pas nécessairement à faire en premier. Une destination moins éloignée vous donne plus de temps. En revanche, pour les longs vols, je vous recommande de vous y prendre très (voire même très très) tôt.

3. Faire un check-up de santé :

Allez chez votre médecin, faites les éventuels vaccins (ne zappez pas cette étape! Attention, il y a parfois plusieurs injections, prévoyez du temps), demandez lui une ordonnance de médicaments de base pour toutes les cochonneries qui peuvent vous arriver (et la turista n’en est qu’un exemple!). Attention, pour certains médicaments (la pilule par exemple), la délivrance en une fois à la pharmacie nécessite une attestation de votre assurance.

4. Prévoir votre assurance :

En allant vivre à l’étranger, il vous faut une assurance qui vous couvre là bas. Les compagnies d’assurance proposent généralement tous les formats afin de coller à votre projet. Chapka Assurance (avec qui j’ai un partenariat) en propose plusieurs intéressantes.

Chapka Assurances

Si vous partez en Work Holiday en Australie, Canada, Japon, Nouvelle Zélande, Argentine, Singapour, Corée du Sud ou Hong Kong, le CAP Working Holiday vous permettra de bénéficier d’une assurance médicale complète. Sinon, le CAP Student vous permettra de bénéficier d’une assurance santé étudiante qu’importe la destination. Pour les chanceux qui partent en tour du monde, vous serez plutôt intéressés par le CAP Aventure. Dans tous les cas, vous pouvez souscrire aux assurances en ligne en quelques clics, et zou !

En Europe, demandez également la Carte Européenne d’Assurance Maladie. Encore une fois, mieux vaut s’y prendre à l’avance, mais au pire, ils vous donneront un certificat provisoire avant de vous envoyer votre carte à l’étranger.

5. Prenez rendez-vous avec votre banquier :

couronne islandaise krona islandeSelon votre destination (Europe ou hors Europe), il est indispensable d’informer votre banquier de votre expatriation, vous renseigner sur le coût d’un retrait, d’un paiement en CB, etc. Certaines banques proposent des options intéressantes afin de réduire (ou parfois de supprimer) les frais bancaires à l’étranger. Cela vaut le coup de se renseigner !

6. Résiliez ou non vos contrats en France :

Ou tout du moins, ayez un œil dessus. Selon la durée de votre expatriation, vous pouvez choisir de résilier vos forfaits téléphoniques. En prouvant son expatriation, on peut généralement résilier un forfait téléphonique sans aucun frais, cela vaut le coup de se renseigner (et puis, avouons-le, la musique d’attente au téléphone est tellement sympa, on aurait tort de s’en priver!) De plus, pour un séjour long, il peut être nécessaire d’avertir l’administration de votre expatriation (impôts, etc)

voiture

7. Demander un permis international :

Dans certains pays, le permis B français suffit, dans d’autres, non. Cela peut être pratique de demander un permis international et ce n’est pas bien compliqué à obtenir à la préfecture. C’est gratuit et valable 3 ans. Attention, à l’étranger, il n’a aucune valeur seul, il doit systématiquement être présenté avec le permis français. Plus d’infos.

8. Gérer les documents importants :

Photocopiez vos documents d’identité, diplômes, livret de famille, permis, passeports. Cela vous servira toujours. Vous pouvez aussi les scanner et vous les envoyer par mail pour y avoir accès n’importe où et n’importe quand. Pour les paniqués de l’administration, n’hésitez pas à consulter votre ami Internet qui vous trouvera des articles adéquats).

9. Se renseigner sur le pays d’accueil

Ça peut être évident, mais par le terme de « renseignement », je n’inclus pas QUE les trucs marrants, les bars et compagnie 😉 mais surtout la façon de vivre, les coutumes, les choses à faire, à ne pas faire (pour Singapour, autant vous dire que vous avez plutôt intérêt à vous renseigner avant), le climat, la politique, etc. Les blogs d’expats et les réseaux sociaux (Twitter notamment) sont un bon moyen de récolter ces infos.

10. Prévoir votre logement !

Eh oui, c’est parfois l’étape la plus stressante et pourtant il existe de nombreux outils en ligne pour vous aider dans vos démarches. J’ai personnellement toujours privilégié la colocation à l’étranger pour plusieurs raisons : c’est moins cher, c’est convivial et généralement (en tout cas dans les grandes villes), c’est assez facile à trouver ! Surtout ne vous découragez pas, vous le trouverez votre petit nid douillet !

8 plusieurs commentaires

  1. Expatriée aux Pays-Bas, il est vrai que sans préparation … on peut se trouver avec de mauvaises surprises en arrivant! Merci pour cet article indispensable.
    Bonne continuation 🙂

  2. Votre article est très intéressant et il aide énormément pour ne pas être trop dépaysé avant un départ, bravo et merci

  3. Merci beaucoup pour votre site ultra complet. Nous avons préparé une très grosse partie de notre voyage en Islande grâce à vous. So vraiment merci !!!

  4. Je parles de l’Islande

    • D’accord. « En Islande », j’imagine que tu parles de Reykjavik. Si c’est le cas, trouver un logement n’est pas simple. Pour ma part, j’ai eu de la chance, c’est l’entreprise dans laquelle j’ai fait mon stage qui m’a trouvé mon logement, en plein centre ville.
      Un logement en centre ville peut couter cher. (Pour info, le code postal « 101 Reykjavik » désigne le centre ville de Reykjavik, un peu le paradis quoi 😉 )
      Il existe pas mal de groupes Facebook sur les Erasmus en Islande, tu dois pouvoir te renseigner là bas, selon les périodes (septembre et février, les collocs doivent se remplir), cela peut être plus ou moins compliqué!

  5. Salut ! Avec mon copain on souhaite partir vivre là bas, tu n’aurais pas une adresse pour des colocations ou autres ? Je ne trouve rien, je me dis que je cherche très mal ! Merci d’avance !!!

  6. Pour la Chine je n’avais même pas Facebook ni Twitter ! L’angoisse !!! (Enfin ça c’était avant de mettre mes talents d’informaticien à l’épreuve :-p). Très bon article j’ai suivi les même étapes pour mes deux expatriations 😀

Répondre à Cécile Annuler la réponse.